Le site de Gisèle Didi utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation.

Actualités

Recherche capillaire (novembre 2017 à juin 2018) / Expo à venir!

Image

Le laboratoire capillotracté

Le laboratoire capillotracté de Gisèle Didi et Sylvie Vandier

A suivre en ligne sur Facebook
https://www.facebook.com/giseledidisylvievandier
et en vidéos sur You Tube
https://www.youtube.com/channel/UCc22z0mXQDRT0N8qXIj4mRw

Pour l'aventure: chercher et dire. Deux femmes... leur vide... leurs doutes... leurs peurs... leur incapacité à... leur obsession de… Leur travail, photographe, comédienne, leurs passions, fixes et en mouvement. L’image qui fixe le temps. L'image qui se transforme avec le temps. Le nécessite de partager, se sentir plus complète avec l’autre, plus intérieure sans l’autre. Traquer l'évidence. La place qui nous va. La place à laquelle on s'adapte quand la vie nous l'impose. Être à sa place. La partager et se sentir ensemble à la bonne place. Trouver des similitudes, quelque chose qui fonctionne à deux, qui donne envie. La vie. Gisèle Didi et Sylvie Vandier Vendredi 17 novembre 2017

 

 

 

Depuis avril 2015

Chapelle St-Sylvain et oeuvres contemporaines.
52 rue Mademoiselle Bourgeois
58800 Nevers
Tél : 06 72 56 87 78
Visites sur rendez-vous

Image
Image
Image
Image
Image

Je crois en toi, avec ou sans lumière, 2015

Il s’agit d’une boite, longue et étroite, dressée là, devant vous. Improbable présence, comme la chapelle Saint Sylvain, entourée d’immeubles, dans cette rue de Nevers, la rue Mademoiselle Bourgeois.
Une boite, un tombeau… un espace qui contient toute une histoire.
Une histoire passée, présente ou futur.
Dans cette boite, une femme, entière.
Ce n’est pas une religieuse, ni une duchesse, ni même une princesse.
Elle ne s’appelle ni Yolande, ni Marie, ni Henriette.
A-t-elle seulement un nom ?
La religion, elle n’aime pas ça, ça la met mal à l’aise.
Entre l’affirmer, s’en cacher, ou juste accepter que l’histoire ne peut s’écrire sans elle, que c’est incontournable, comme la politique, comme l’amour, comme la solitude, comme le fait que tout ait une fin.
Ainsi enfermée dans cette boite, seule, avec pour seul réconfort les traces de gens et choses aimées, de choses qui font sens, des choses qui attestent de son existence sur cette terre.
"Je crois en toi, avec ou sans lumière".
La boite est partiellement fermée par un élément graphique extrait de l'œuvre de François Morellet, présente dans la chapelle. Cet élément choisi est violet cardinal et reprend la couleur utilisée par Bernard Rencillac pour son oeuvre présente également dans la chapelle.

Je crois en toi, avec ou sans lumière
Autoportrait, mai 2015.
Caisson lumineux, tirage duratrans
50 x 157 cm. 

Image

Les traces qui accompagnent la femme, dans la boite (de haut en bas) :


  • un bouddha ramené d'un voyage au Sri Lanka

  • une carte représentant une couronne, dessin décalé, pub pour la styliste excentrique Vivienne Westwood
-une bonne sœur qui fait "pouet-pouet" ramené d'un voyage à New Haven

  • un presse papier en verre en forme de boule offert par mon amie Françoise H

  • une photo noir et blanc que j'ai réalisée de mon père, en contre jour, jouant au billard
-mon alliance

  • le livre d'Olga Lecaye "Didi Bonbon" offert en clin d'œil par mon amie Florence P
  • un autoportrait avec mon père, tous deux de profil

  • une poupée en tissus réalisée par mon fils Yanko en maternelle

  • une baguette magique en plastique jaune offerte à mon fils Yanko

  • le cube photo de l'artiste Michèle Gignoux
  • ma poupée à la tête qui bouge du personnage "We can do it" ramené d'un voyage à New Haven

  • un chien qui fait "pouet-pouet", d'après un dessin de Keith Haring, offert par Thierry après un voyage en Espagne

  • une mezouzah, objet de culte juif, qui contient un parchemin et se fixe à l'entrée des habitations pour protéger

  • une photo d'une œuvre de Claude Lévêque, le "Chute" présent à la chapelle St Sylvain

  • une photo extraite d'un de mes albums de famille sur laquelle mon grand-père porte une kippa et prie à côté de moi, enfant

  • un petit livre de Martin Parr
-mon "fayum", photo de moi à 20 ans, réalisée par le photographe, ex compagnon et ami Marc Attali

  • mon album de famille, le plus utilisé
  • une lampe de poche, grand modèle, qui se recharge

  • une radio Lexon étanche qui repose dans ma salle de bain

  • la boite d'un jeu mécanique en plastique offert par mon ami Marc A

  • un portrait fait à Lyon de Thierry, mon mari
  • une télévision en plastique décorée par mon fils Yanko

  • une statue en bois faite par mon père Maurice, jeune, en Tunisie
  • la boite d'un tee-shirt au motif du personnage "We can do it" ramené d'un voyage aux Etats-Unis par Thierry, avec son étiquette en dollars

  • mes chaussures les plus hautes et les plus brillantes achetées avec Thierry
  • le livre de Jean Gourounas "Le problème avec Gisèle" offert en clin d'œil par mon amie Florence P

  • un paquet de galettes à l'orange qu'on ne trouve que pendent les fêtes de Pessah, que ma mère Léa m'envoi de Lyon

  • des paquets de Kleenex car je me mouche tout le temps
  • une poupée en plastique décorée par mon fils Yanko

  • un objet à masser qui vibre et peut servir de vibro masseur offert par mon ami Marc A qui ne savait pas qu'il pouvait aussi servir de vibro masseur

  • un carnet dont le papier est fait en caca d'éléphant ramené d'un voyage au Sri Lanka sur lequel mon fils a dessiné entièrement

  • un carnet et un stylo pour toujours se rappeler d'une idée qui passe

  • un paquet de noix de cajou parce que j'aime ça

  • une photo de mon amie Vanessa G qui vit à New Haven

  • ma carte d'électeur
  • une photo de Yanko, Thierry et moi faite pour un travail réalisé avec Yanko "Nos amis les bêtes"
  • une croix d'église que je n'aime pas

  • le livre de photographies "Casa Susanna", découvert en 2014

  • une photo d'une œuvre de Claude Lévêque "Nous sommes heureux"

  • mon permis de conduire, péniblement obtenu en 2014
  • le livre de méditation "La petite voix", découvert grâce à mon amie Françoise JR
  • un rouge à lèvres très très rouge

  • des photos, en vrac
-des dessins de mon fils Yanko, en vrac
-un oeuf Kinder géant parce que j'aime les contenants et le chocolat

1er juillet 2013

Nous quittons Paris 9e, après avoir habité, le 12e, le 18e, le 11e, le 20e..., de 18 ans à 43 ans.
Direction Sardy-lès-Epiry, Nièvre, Bourgogne.

© 2018 Gisèle Didi - Tous droits Réservés. Mentions légales

Réalisation : Com Onweb