Le site de Gisèle Didi utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation.

Mon mur des lamentations

2012

Le langage image me va parce que je n’aime pas lire mais que j’aime les mots.
Il faut que je dise.

Mes intérêts sont limités. La vie + soi parmi les autres + l’autre.
Je suis complexée. Je me cache derrière mon appareil photo et je me montre sur mes photos. Je suis timide. Il m’est même arrivé d’en perdre la voix.
Mon visage se fige, quand je me sens blessée et cela quelque soit le contexte.
Je ne sais pas mentir.
Je m’intéresse à l’identité. Je dois me réapproprier la mienne.
Je hais le secrêt.
Je ne veux rien avoir à cacher.
Je suis simple. J’aime l’instant du non événement.
Je suis compliquée. Mon cerveau ne se repose jamais et je n’aime pas dormir.
Je suis sensible et pleure facilement. C’est un trait familial.
Je m’emporte vite. On dit parait-il « être soupe au lait ».
Je n’aime pas la technique.
Je ne m’aime pas. J’aimerai avoir plus de distance, de patience et d’humour.
Je m’aime. Parce qu’il y a des gens qui m’aiment que j’aime en retour.
J’aime chercher. Sinon je m’attriste.
J’aime les listes. Pour ne rien oublier de faire.
Je ne m’ennuie jamais. Il y a trop à sentir, penser et encore faire.
J’aime ma famille.
J’aime la réalité. Je n’aime que ça.
Je trouve la vie difficile. Elle l’est. J’aime le beau. Mais je ne suis pas toujours d’accord sur ce que c’est.
Je crois en l’action. Sinon il ne se passe rien.

© 2018 Gisèle Didi - Tous droits Réservés. Mentions légales

Réalisation : Com Onweb